Psycho & SexeSexologie

Sexualité pendant et après la grossesse

La sexualité est une entité intimement liée à deux concepts que sont le couple et la reproduction. En effet, l’expression <<faire l’amour>> qui désigne la sexualité est une preuve de l’importance de cette dernière dans la vie d’un couple. Par ailleurs, sur un point de vue biologique, la sexualité est la clé de la pérennité de notre espèce à travers la reproduction. Cette reproduction en permettant aux couples d’avoir des enfants contribue à accomplir leur bonheur. Nous voilà donc installés au cœur d’une triade dont les différentes composantes (sexualité, couple heureux et enfants) sont interdépendantes et intimement intriquées. Mais force est de constater qu’une étape importante est le passage de la diade sexualité-couple heureux à la triade précédemment citée : la grossesse et l’accouchement.

                La sexualité : objet de plaisir ou de reproduction ?

                Comme nous l’avons évoqué plus haut, la sexualité revêt un double objectif qui concoure à l’épanouissement conjugal : le plaisir des échanges amoureux et tous ses bienfaits d’une part, et l’arrivée des enfants qui indubitablement aide à accomplir le bonheur conjugale, surtout en société africaine d’autre part. Pendant la grossesse-étant donné qu’il est impossible de tomber enceinte en plein milieu d’une grossesse déjà en cours-la sexualité n’a que la recherche du plaisir comme seul et unique objectif. A ce moment, un certain nombre de conceptions sociales, religieuses, culturelles et parfois individuelles constituent un réel obstacle à la sexualité du couple. En exemple, nous pouvons citer les conceptions religieuses qui allèguent que la recherche du plaisir est un péché.

                Envie et plaisir au cours de la grossesse

                La grossesse est un moment assez particulier dans la vie du couple. A travers les modifications anatomiques et hormonales de la femme, beaucoup de modifications surviennent sur le cours de l’excitation et du plaisir des deux partenaires. En effet, la tension et la douleur au niveau des seins, la diminution des sécrétions vaginales, les nausées et vomissements, les changements d’humeur sont autant d’éléments qui mettent à mal le désir et le plaisir de la femme. A cela va s’ajouter les considérations précédemment citées et la peur de faire mal à l’enfant à venir qui concerne les deux partenaires.

                A ce sujet, une étude réalisée à Cotonou rapporte que la sexualité des couples décroissait du premier au troisième trimestre où elle était quasiment nulle.

                Sexualité et risque pour le fœtus

                La grossesse est une période assez délicate pendant laquelle, bien souvent les activités physique sont proscrites. Une relation sexuelle en plus d’être physique provoque assez de mouvements et de vibrations au niveau du col et du corps de l’utérus. Il est donc normal que les futurs parents soient inquiets. Mais soyons rassurés, la grossesse n’est pas une contre-indication à la sexualité, tant que le gynécologue ne l’a pas interdit.

                L’accouchement, une amère désillusion

Il n’est pas rare que les couples ayant cessé d’avoir des relations sexuelles à cause de la grossesse espèrent revivre leurs passions estompées dans les mois qui suivent l’accouchement. Malheureusement la physiologie des hormones et des émotions féminine n’est pas aussi simple. En effet, après l’accouchement, en dépit de la douleur et de toutes les modifications anatomiques, les nouveaux parents et surtout la maman ressentent un immense bonheur. Les sentiments et les émotions de cette dernière se retrouvent involontairement tournés en totalité vers l’enfant. Cela provoque une perte totale d’envie de sexualité. A cela s’ajoute les modifications hormonales et la lactation qui sont autant d’éléments à prendre en compte. Dans ce conteste il est difficile pour l’homme non averti d’accepter cette abstinence qui s’impose à nouveau. Le tableau se complète par les difficultés à gérer le nouveau venu (se réveiller au milieu de la nuit, changer les couches etc…). La femme se sent abandonnée, en veut à son partenaire et n’arrive pas à avoir envie de lui. Un climat de tension s’installe et compromet dangereusement la sexualité dans le couple. Cette période particulièrement difficile est appelée le quatrième trimestre de la grossesse, et peut durer plusieurs années.

Que faire ?

Au vu des différents aspects évoqués, nous pouvons recommander aux couples de ne surtout pas abandonner la sexualité pendant la grossesse-sauf si le gynécologue l’interdit-car le quatrième trimestre de grossesse est particulièrement difficile à gérer. Aux hommes particulièrement, nous recommandons de ne pas se faire d’illusion et d’accepter que la physiologie des femmes est complexe. Le quatrième trimestre de la grossesse n’est donc pas dû à de la mauvaise volonté. Un bon moyen de raccourcir ce dernier est de partager les charges liées au bébé avec sa conjointe afin de la soulager. Plus elle se sentira soutenue et plus vite elle retrouvera ses envies de vous rendre fou de plaisir, et plus vite l’harmonie conjugale reviendra.

 

Dr Didito QUENUM

Sexologue
HEALTH MAG

The author HEALTH MAG

Leave a Response