Psycho & SexeSexologie

Le micro pénis : une urgence silencieuse

La vie dans toute sa complexité pourrait se résumer en trois choses très simples : naître, se reproduire et mourir. En effet, notre passage sur terre a pour principal but de pérenniser l’espèce à laquelle nous appartenons. Nous convenons que la pérennité d’une espèce passe inévitablement par la reproduction, laquelle reproduction se fait de façon sexuelle dans l’espèce humaine. En ce qui concerne cette espèce humaine, il n’est plus à démontrer que la sexualité va bien au-delà de la simple reproduction. Il s’agit d’un paramètre indispensable à l’épanouissement et au bonheur. En effet, les bienfaits de la sexualité sont nombreux ; aussi bien sur le plan physique que sur le plan psycho-social.

En quoi consiste la sexualité dans l’espèce humaine ?

La sexualité chez les humains passe par plusieurs étapes allant de l’attirance à la consolidation d’une relation amoureuse. Mais nous allons nous appesantir sur la partie concernant les relations sexuelles. Ainsi, le rapport sexuel comprend 4 phases principales :

  • L’excitation pendant laquelle on observe l’érection chez l’homme, et la lubrification chez la femme.
  • La phase plateaux pendant laquelle on reste suffisamment excité pour conserver son érection ou sa lubrification. Pendant cette phase, on observe un gonflement des mamelons chez les femmes.
  • La phase orgasmique qui s’accompagne de contraction musculaire intense dans les deux sexes. Chez l’homme, il s’y associe en générale à l’éjaculation. Chez la femme on a de façon inconstante l’émission d’un liquide dit orgasmique. Par ailleurs, il est possible pour une femme d’enchainer plusieurs orgasmes avant de passer à la phase suivante.
  • La phase résolution pendant laquelle l’érection disparait de même que la lubrification.

En général, la deuxième et la troisième phase se déroule pendant la pénétration (il est possible de les avoir sans pénétration), ce qui renseigne approximativement sur l’importance de la pénétration dans une relation sexuelle.

La pénétration, de quoi s’agit-il ?

De façon classique, la pénétration est l’introduction du sexe masculin (la verge/le pénis) en érection dans le sexe féminin (vagin) lubrifié. Cela s’accompagne d’un mouvement d’aller et venu pendant un certain temps avant d’aboutir à l’orgasme. Bien qu’on puisse avoir des orgasmes sans la pénétration, il est aussi vrai qu’une bonne pénétration augmente le plaisir ressenti par femme à travers la stimulation de différentes régions de sexe féminin .

A travers la figure 1, il est aisé de constater qu’il faut une certaine longueur de la verge pour stimuler les point A et G à l’intérieur du vagin (le point G étant le plus important) en plus du clitoris stimulé par le pubis. La profondeur moyenne du vagin étant de 8 cm, on se rend compte qu’il suffit d’avoir une verge de 12 cm en érection (en raison du contact des corps, la verge doit faire 3 à 4cm de plus que la profondeur du vagin pour pouvoir atteindre le fond de ce dernier) pour arriver à stimuler les trois points décrits sur la figure 1. Par contre, signalons que le vagin a la capacité de s’étendre pour s’adapter à la verge. Ainsi le vagin peut s’étendre jusqu’à 12 cm de profondeur. Le point G étant situé à 5 cm de profondeur, une verge ne faisant que 9 cm en érection est largement suffisante pour procurer énormément de plaisir par la pénétration.

Les hommes ont-ils le minimum nécessaire ?

Concernant la taille du pénis, nombre d’hommes sont convaincu d’en avoir un tout petit. Mais qu’en est-il en réalité ? En effet, la taille moyenne de la verge en érection varie selon les pays, mais se situe entre 12 et 16cm. Au-dessus de 16cm se trouvent les grands pénis et les très grands pénis qui sont au-delà de 21cm. En dessous de 12cm on retrouve les petit pénis et les micros pénis qui font mois de 6 cm. Cette dernière catégorie est l’objet même de cet article.

Le micro pénis et ses causes :

Le micro pénis de façon plus approfondi se défini comme une verge de morphologie normale, dont la longueur est inférieure à la longueur moyenne de plus de 2,5 déviations standards par rapport à la moyenne (figure 2).

(figure 2).

En pratique, on parlera de micro pénis lorsque la longueur de la verge en érection est inférieure à 2cm à la naissance, ou inférieure à 4cm entre 6 et 12 ans, ou encore inférieure à 9cm à la puberté et à l’âge adulte. La cause majeur de cette anomalie se résume en une perturbation endocrinienne aboutissant à un déficit ou à une inactivité de la testostérone et/ou de ses dérivés avant la fin de la puberté (pendant que la croissance et la maturation des organes génitaux n’est pas encore achevée).

Quelles sont les conséquences du micro pénis ?

Elles sont de plusieurs ordres et concernent principalement la vie sociale, les relations amoureuses et la reproduction. En effet, les porteurs de micro pénis sont très souvent l’objet de moquerie des camarades à l’école ou ailleurs. Cela fini par provoquer une attitude de retrait et d’exclusion sociale chez ces derniers. Pour en rajouter aux difficultés de socialisation, les relations amoureuses sont plutôt compliquées. En effet, ces personnes craignent la réaction de leur partenaire quand sera dévoilé le sexe. Il en résulte un manque de confiance et une crainte des relations amoureuses. Et pour finir, il est assez difficile pour ces personnes de tenir une pénétration correcte avec une éjaculation au contact du col utérin (condition favorisant la fécondation).

Que faire lorsqu’on suspecte un micro pénis ?

Devant la suspicion d’un micro pénis, il est impératif de se rapprocher d’un spécialiste urologue ou sexologue. En effet, seuls les spécialistes sont à même de confirmer le diagnostic et de proposer un traitement adéquat. Il en est de même pour toutes autres anomalies des organes génitaux. Notons par contre que le micro pénis ne peut être traité efficacement qu’avant l’âge adulte. Il importe donc de le diagnostiquer et de le traiter le plus tôt possible. Il est de la responsabilité de tous parents de suivre le développement sexuel de son enfant.

Dr Didito QUENUM

Sexologue
Tags : slider
Redaction

The author Redaction

Leave a Response