NutritionSanté

Dysbiose intestinale : quand le système digestif se rebelle !

Diarrhée, constipation, gaz, ballonnements intestinaux, etc. des termes qui ne nous sont pas inconnus ; ils désignent des troubles auxquels nous avons tous au moins une fois été confrontés. Ce que nous ignorons par contre, c’est que parfois ces troubles peuvent aller au-delà de simples inconforts digestifs et être les symptômes de bien plus graves maux. L’un de ceux-ci est la dysbiose intestinale.

L’intestin, organe du système complexe qu’est le système digestif, abrite des centaines d’espèces microbiennes bonnes comme mauvaises dont l’ensemble équilibré porte le nom de microbiote intestinal. Le microbiote intestinal, cet « organe caché », assure la digestion des aliments, le fondement de notre immunité ainsi que la fabrication de neurotransmetteurs et joue un rôle primordial dans la santé et la prévention de nombreuses maladies ; ceci à travers une cohabitation des plus harmonieuses. Cependant, il arrive que cette cohabitation soit perturbée. C’est ce déséquilibre du microbiote intestinal responsable de nombreuses pathologies intestinales que l’on appelle dysbiose ou dysbactériose intestinale.

Quelles sont les causes de la dysbiose intestinale ?

Vous l’avez sans doute compris, nous n’aurions pas abordé ce thème dans cette rubrique s’il ne présentait un lien très étroit avec nos habitudes alimentaires. En effet, outre l’utilisation d’antibiotiques, la prise de contraceptifs oraux ou d’hormones et le stress, la diète peut également être responsable d’un déséquilibre du microbiote. Ainsi, sont principalement en cause :

  • un régime alimentaire riche en graisses et en protéines mais pauvre en fibres dit « régime occidental » : on évoque ici une consommation abusive de viande associée à une faible consommation d’aliments riches en fibres ; le type d’alimentation facilement accessible en restauration rapide
  • une consommation abusive de sucres : il s’agit non pas uniquement des sucres visibles mais aussi et surtout des glucides raffinés et des régimes riches en saccharose
  • une consommation excessive de grains transformés
  • l’abus d’alcool ou de caféine
  • le manque d’enzymes digestifs.

Quand peut-on soupçonner une dysbiose intestinale ? 

Aucun symptôme digestif n’est banal. Néanmoins, les symptômes de la dysbiose intestinale sont multiples et peuvent aller de simples troubles digestifs à d’autres symptômes plus importants. On distingue:

les symptômes digestifs : ce sont les premiers auxquels on pense. Il s’agit de la diarrhée et/ou constipation, d’allergies et d’intolérances alimentaires, de reflux, d’ulcères, de gaz, de ballonnements intestinaux, cirrhose, foie gras

les symptômes musculosquelettiques: ici, on distingue les douleurs musculaires, l’arthrite, le rhumatisme, etc…

les symptômes psychologiques : saviez-vous que le bien-être de votre intestin pouvait affecter celui de votre cerveau ? Eh bien oui, un déséquilibre intestinal peut être responsable de troubles mentaux comme la dépression et l’anxiété, les sauts d’humeur, les troubles de concentration et d’attention, la fatigue chronique et bien d’autres.
les symptômes cutanés : nous ne le savons pas toujours mais la plupart des problèmes de la peau trouvent leur origine dans nos intestins. En effet, notre corps tente comme il le peut d’éliminer les toxines présentes et la peau apparait souvent comme la principale porte de sortie. Acné, éruptions cutanées, eczéma s’en suivent dès lors.
Toutefois, étant donné que le microbiote est propre à chaque individu, les symptômes varient en fonction de la personne atteinte et sont susceptibles d’être atténués si de bonnes habitudes sont adoptées.

Comment restaurer et/ou entretenir votre microbiote ?

Si la surconsommation de sucres ou d’aliments transformés, de viandes et d’alcool est responsable du déséquilibre, il est évident que pour l’éviter, il faille réduire la consommation des éléments précités. Privilégier les légumes et les légumineuses (car étant d’importantes sources de fibres et contenant peu de sucres) est également important. Lorsque la dysbiose est révélée, la prise de probiotiques (bactéries saines) sous forme de suppléments ainsi que la consommation de produits fermentés peuvent s’avérer nécessaires. Aussi, est-il important de gérer le stress quotidien et de limiter la prise d’antibiotiques. Toutes ces précautions n’ont pas pour but d’éliminer les « mauvaises » bactéries et de conserver les « bonnes » mais plutôt de restaurer le juste milieu entre les deux.
Comme nous l’avons dit plus haut, aucun trouble digestif n’est à banaliser et même si une dysbiose peut être facilement corrigée, il est important de se rendre dans un centre de santé pour un diagnostic réel et une prise en charge effective.

Astrid AGBANLIN / Nutritionniste-Diététiste
Tags : ballonnements intestinauxconstipationDiarrhéedysbiosegaz
By Redaction

The author By Redaction

Leave a Response